X

EGHN – RÉSEAU EUROPÉEN DU PATRIMOINE DES JARDINS

La Garenne Lemot

Le parc de la Garenne Lemot est né du rêve de François-Frédéric Lemot. Séduit par le site des bords de la Sèvre Nantaise, le sculpteur y a planté son décor romantique entre 1805 et 1827.

Au fil des coteaux escarpés et des allées du parc, les « fabriques » épousent les essences végétales : le tombeau à l’antique, la grotte d’Héloïse, les temples de Vesta et de l’Amitié jusqu’à la villa Lemot et à l’exemplaire maison du jardinier d’architecture italienne. Pins, édifices et statues évoquent l’Italie dans un site très pittoresque.

Le Vallée de Clisson, avec les vignobles nantais (Muscadet), est aussi un centre historique avec la forteresse médiévale de Clisson.

Ce parc de 13 ha, classé Monument Historique, a été aménagé par le sculpteur F.F Lemot. Cet artiste épris d’Italie, séduit par les bords pittoresques de la Sèvre Nantaise, a composé aux portes de Clisson la mise en scène d’un paysage idéal où l’architecture se conjugue à la nature pour le plus grand bonheur des artistes et des promeneurs. Temples, colonnes, statues, terrasses et pins parasols ponctuent ainsi les coteaux escarpés du site. L’histoire de cette création est retracée pour vous par l’exposition permanente “Un rêve italien” présentée dans la Maison du Jardinier tandis que le Conseil Général de Loire Atlantique, propriétaire des lieux, propose également des expositions temporaires dans la Villa Lemot.

Créée dans le premier quart du XIXe siècle, la Garenne Lemot se situe dans la tradition des grands jardins paysagers et pittoresques du XVIIIe siècle français qui empruntent à l’Angleterre, à la Chine ou à l’Italie les éléments de leur composition, tant végétale qu’architecturale.

De nombreux ouvrages théoriques, parus à partir des années 1760, codifient l’art de composer les jardins qui doivent offrir aux promeneurs des tableaux imprévus, variés et instructifs évoquant l’Arcadie antique, le paradis perdu de l’état de nature cher à Jean-Jacques Rousseau, ou l’exotisme.

En 1800, le peintre Valenciennes consacre le dernier chapitre de son traité « Eléments de perspective pratique à l’usage des artistes » aux jardins. Ses conseils trouvent à la Garenne Lemot une application directe :

” Les statues au milieu des arbres ou sur le bord de l’eau font très bien lorsqu’elles sont artistement placées. Il en est de même des tombeaux, des obélisques, des colonnes isolées supportant une petite figure ou un buste. […] Un des moyens les plus ingénieux de causer des sensations agréables et d’inspirer des réflexions à l’homme pensant qui se promène dans un jardin, c’est de lui présenter des inscriptions analogues aux lieux qu’il parcourt et aux objets qui s’offrent à sa vue […] Tous les endroits qui portent l’empreinte d’un événement, d’une anecdote intéressante arrivée à un grand homme affecteront notre sensibilité et nous procureront des émotions que nous ne ressentirons jamais dans ceux qui ne rappellent aucun souvenir. […] On interroge l’histoire, et l’histoire répond… ”

Le bois de la Garenne, ancien territoire de chasse des seigneurs de Clisson, situé en face du château médiéval, appartenait à l’Etat depuis la Révolution de 1789. Le terrain granitique et fortement accidenté était couvert de landes et d’environ quatre cents chênes.

Le 26 juin 1805, François-Frédéric Lemot achète cette propriété et décide de la transformer en un lieu de villégiature dédié aux arts. La métamorphose du site prend plusieurs années. Constructions et plantations s’étalent entre 1805 et 1827, date du décès du sculpteur. Située au bord d’un plateau dominant la Sèvre, la villa et ses terrasses déterminent l’ensemble des aménagements dont elles sont le centre vers lequel convergent trois avenues tracées en 1807. La première part d’un rond-point près de l’entrée de la Garenne sur la route de Cholet, la deuxième, du potager situé dans l’axe de la villa et la troisième d’un autre rond-point appelé ” cirque de Diane “. La maison du jardinier est construite à l’ouest du potager.

L’entrée du parc par la ville, aux abords de l’hôpital Saint-Antoine près duquel se trouve la maison du portier, est jugée par Lemot ” la principale et la plus intéressante “. Elle est le point de départ d’une promenade qui longe la Sèvre dont le parcours est ponctué de fabriques (petites constructions élevées dans un jardin dans un but ornemental ou pittoresque). Arrivé sur les terrasses de la villa, le promeneur découvre un panorama que Lemot a lui-même mis en scène à partir d’éléments existants tel le château de Clisson ou la chapelle des Templiers. D’autres fabriques édifiées sur des terrains acquis par Lemot, sur la rive gauche, complètent ce paysage composé (obélisque, colonne Henri IV, temple de l’Amitié).

Deux cent quatre vingt arbres sont plantés dès 1806 et un millier de peupliers en 1807 le long du rivage et dans les petites îles de la Sèvre. Trois cent soixante journées de travail sont consacrées à cette tâche et à arracher les broussailles, ronces et épines. Gautret se procure des furets pour éliminer les lapins qui détruisent les jeunes pousses. Lemot fait part de sa volonté d’avoir une végétation bien dense dans tous les espaces. Afin de ménager des effets de surprise, il fait border de lilas et de noisetiers les petits chemins. Les pins sont multipliés à foison y compris sur la rive gauche de la Sèvre, de l’obélisque au château de Clisson.

En 1807 et 1808, le jardin potager est tracé et clos de murs. Il comprend en son centre une pièce d’eau circulaire et devient, dans un premier temps, une pépinière pour les pins maritimes, pins d’Ecosse (pins sylvestres), épicéas, acacias, sycomores, peupliers, platanes, saules pleureurs et arbres fruitiers. Des noix, des marrons d’Inde, des châtaignes ainsi que des graines de mélèzes, de cèdres du Liban, d’érables sont semées.

Le long des avenues menant à la villa, les ” arbres verts ” (résineux) alternent avec les feuillus (tilleuls, marronniers, ormes) dont les pieds sont garnis de genêts. Des haies de lilas, d’acacias ou des charmilles doublent ou triplent ces alignements d’arbres.

Adresse:
Parc de la Garenne Lemot
RN 149
44190 Gétigné Clisson
Web site : http://www.loire-atlantique.fr/

Propriétaire :
Conseil Général de Loire-Atlantique

Horaires d’ouverture :
Parc ouvert tous les jours d’avril à septembre de 9h à 20h, et d’octobre à mars de 9h30 à 18h30.
Villa ouverte lors des expositions.

Tarifs :
Entrée libre et gratuite

Informations touristiques :

  • Restaurant / Salon de thé :  Au Gétigné Clisson
  • Parking : RN 149
  • Toilettes : oui
  • Aire de repos : bancs
  • Durée de visite : 1 – 2,5 heures
  • Accès : Limitée (allées en pente)