X

EGHN – RÉSEAU EUROPÉEN DU PATRIMOINE DES JARDINS

Le parc de Wellington

Le parc de Wellington, avec ses contrastes plaisants des parterres soignés avec la roche à l’état brut et les chemins sinueux, vaut le déplacement. Le parc de Wellington, à une petite marche du centre-ville, est un site compact (4,5 acres) et date de 1902.

Les plates-bandes sont ornées d’arbustes et on sème chaque année 48000 plantes printanières et estivales dans les parterres. La plupart des plantations suivent le concept de Meyer lui-même : il existe par exemple quatre espèces de rhododendrons (r. ferrugineum, r. hirsutum, r. myrtifolium, r. wilsoni). On trouve également diverses espèces de berbéridacées : cytisus purpureus ‘incarnatus’, euonymus fortunei radicans, juniperus sabina, taxus baccata et t.doyastoni.

Des vieux arbres remarquables, comme un copalme d’Amérique géant et un conifère doré (thuja plicata) ont élu domicile sur les pelouses et un splendide saule pleureur penche au-dessus du bassin. Des tilleuls écimés se dressent dans les graviers autour du kiosque et deux chênes massifs près du Monument aux Morts.

La ville de Wellington, blottie dans les collines Blackdown dans le Somerset, jouit d’une histoire fascinante. On possède des traces d’habitat datant du IXème siècle mais la période la plus célèbre dans l’histoire de la ville se situe en 1809, lorsque Arthur Wellesley, qui possédait des terres dans les environs, choisit le titre de “Vicomte Wellington de Wellington et Talavera”. Le Monument de Wellington, construit en son honneur sur la crête des collines de Blackdown, vaut le détour. Il se dresse à 175 pieds de hauteur (53 mètres) et surplombe la vallée de Taunton. La ville elle-même est renommée pour ses fleurs : en 2004, elle reçut la coupe Portman à l’occasion du concours Britain in Bloom (“La Grande-Bretagne en Fleur”, organisé par la Société Royale d’Horticulture, en faveur d’un environnement plus sain, plus sûr et plus vert). D’autre part, on y trouve quelques boutiques spécialisées et un trésor caché en son coeur : les magnifiques jardins du parc.

Le parc de Wellington, à une petite marche du centre-ville, date de 1902, alors que le Conseil Général cherchait un moyen de fêter le couronnement d’Edouard VII. Par chance, la famille Fox, des quakers qui employaient plus d’un millier de personnes à la production de laine et de tissu de haute qualité, accepta de coopérer, à condition qu’on suivît certaines règles :

Le plus important est que l’endroit soit agréable et plaisant, avec des pelouses et des parterres de fleurs, et agrémenté de nombreux sièges… et qu’un gardien en assure la surveillance permanente. On veillera également à ce que ce lieu ne soit pas utilisé comme aire de jeux.

Le parc a respecté ce réglement jusqu’à aujourd’hui.

Le fameux architecte paysagiste allemand F.W. Meyer conçut le jardin, ouvert en 1903, bel exemple du style victorien tardif. Le site est compact (4,5 acres) mais possède de vastes pelouses, des parterres de fleurs magnifiques, des arbres rares, un très beau bassin, de la rocaille, et même un kiosque à musique et une maison de gardien. La rocaille est un bel exemple du soin apporté à la réalisation du jardin. Meyer refusa l’utilisation du ciment, qui, mouillé, prend une couleur ne convenant pas aux nuances naturelles du calcaire, si bien qu’on fit venir 80 tonnes de roche de Westleigh, taillée en blocs irréguliers. Approvisionnée en eau du ruisseau de la ville grâce à une canalisation, elle forme le lit d’un cours d’eau et d’un bassin. On construisit un muret, en guise de clôture, qui laisse une vue dégagée sur la campagne à l’ouest.

En 2000, le parc fut l’objet d’une importante restauration, financée par le Conseil Municipal de Taunton Deane et le Heritage Lottery Fund. Les jardins sont dorénavant ouverts au public dans la journée. Les amateurs de plantes y trouvent leur bonheur : les plates-bandes sont ornées d’arbustes et on sème chaque année 48000 plantes printanières et estivales dans les parterres. La plupart des plantations suivent le concept de Meyer lui-même : il existe par exemple quatre espèces de rhododendrons (r. ferrugineum, r. hirsutum, r. myrtifolium, r. wilsoni). On trouve également diverses espèces de berbéridacées : cytisus purpureus ‘incarnatus’, euonymus fortunei radicans, juniperus sabina, taxus baccata et t.doyastoni. Des poteaux en fer reliés par des chaînes délimitent les bords du jardin floral, avec des ouvertures en permettant l’accès. On a laissé pousser du lierre le long de ces chaînes pour en faire une clôture “vivante”.

Des arbres de toute sorte procurent de l’ombre, notamment une rangée impressionnante de palmiers (plutanus acerfolia) sur l’avenue orientale, qui remplace l’originale, supprimée en 1908 alors que les arbres devenaient trop larges. Des vieux arbres remarquables, comme un copalme d’Amérique géant et un conifère doré (thuja plicata) ont élu domicile sur les pelouses et un splendide saule pleureur penche au-dessus du bassin. Des tilleuls écimés se dressent dans les graviers autour du kiosque et deux chênes massifs près du Monument aux Morts. L’un d’eux s’y trouve depuis que Harry Fox le planta, en 1902, à l’inauguration du parc.

Les édifices du parc sont d’un intérêt égal à celui de la végétation. Ils sont demeurés pratiquement inchangés depuis 1902. Le kiosque à musique et la maison du gardien furent construits dans un style colonial espagnol, alors en vogue aux Etats-Unis. On utilise toujours le kiosque pour les manifestations musicales. La vieille fontaine n’est plus en service à cause des nouvelles règles d’hygiène, mais elle rappelle l’époque où elle représentait l’un des agréments du parc. Les visiteurs chanceux apercevront de nombreux animaux sauvages, renards, campagnols, grimpereaux, et parfois même un héron au bord du bassin.

Le parc de Wellington, avec ses contrastes plaisants des parterres soignés avec la roche à l’état brut et les chemins sinueux, vaut le déplacement. Achetez du fromage de pays dans la fameuse boutique de Wellington et appréciez un pique-nique dans ce magnifique parc de la Belle Epoque !

Adresse :
Wellington Park
Courtland Road
Wellington, GB
Somerset
Tél.: 01823 336344
Email : parks@tauntondeane.gov.uk
site Web : Taunton Deane

Propriétaire/direction :
Taunton Deane Borough Council

Contact :
Steve Cuthill

Horaires d’ouverture :
8h – crépuscule

Prix: gratuit.

Evènements culturels et activités :
Chaque dimanche en été, organisés par The Friends of Wellington Park (“les amis de Wellington Park”).

Informations touristiques :

  • Boutique : non.
  • Salon de thé / Restaurant : pas sur le site, mais le parc se trouve à 5 minutes du centre-ville.
  • WC : avec table à langer.
  • Parking : parking le plus proche face à l’école primaire Beechgrove, à côté du parc, parkings du centre-ville.
  • Sièges et bancs : sièges et bancs ombragés en grand nombre dans le parc et abrités dans la partie sud-est.
  • Durée de la visite : 15 – 45 minutes.
  • Accessibilité : Le parc est relativement plat, le jardin est entouré de chemins goudronnés.
  • Chiens : bienvenus.

Activités pour les enfants :
Panneaux informatifs destinés aux plus jeunes. Les évènements culturels de l’été sont familiaux.

Plan du site et informations diverses :
2 panneaux informatifs dans le parc renseignent sur la topographie et l’histoire du lieu.