X

EGHN – RÉSEAU EUROPÉEN DU PATRIMOINE DES JARDINS

Le parc du château de Bad Berleburg

Le château de Berleburg est entouré d’un vaste parc conçu pendant la première moitié du XVIIIe siècle.

En passant par une entrée latérale et un portail en fer forgé, on parvient, depuis la cour du château, dans l’ancien jardin baroque aux allées en forme de croix. Cet espace est limité par une allée de châtaigniers et un mur de pierres orné de putti en grès.

Depuis le petit kiosque qui s’y trouve, on a une jolie vue sur la partie ouest du parc situé dans la vallée du ruisseau de Berlebach. Un chemin se déploie le long des murs du château d’un côté et des talus d’arbres fruitiers de l’autre, qui offre des vues intéressantes sur le parc aménagé dans le paysage. L’apparence actuelle du lieu est aujourd’hui dominée par de vastes pelouses, des petits bassins et de foisonnants parterres de plantes vivaces. Des jeux de couleurs fascinants se dévoilent particulièrement au printemps, à la période de floraison des rhododendrons, et à l’automne, lorsque le feuillage des érables du Japon resplendit de son rouge vif.

La ville de Bad Berleburg se situe dans le sud de la Westphalie, dans l’arrondissement de Siegen-Wittgenstein. Un grand parc entoure l’impressionnant domaine du château, siège de la famille zu Sayn-Wittgenstein-Berleburg.

ETHG_bl_berleburg_1

En passant par une entrée latérale et un portail en fer forgé, on parvient, depuis la cour du château, dans l’ancien jardin baroque aux allées en forme de croix. Cet espace est limité par une allée de châtaigniers et un mur de pierres orné de putti en grès.

Au bout de l’allée se trouve le portail d’entrée du XVIIIe siècle, dont les piliers en pierre portent des inscriptions qui servaient de cadrans solaires. A l’époque, l’accès principal passait par ce portail et menait du domaine et de la jardinerie, via le jardin, jusqu’à l’entrée dans la « tour rouge » de l’aile nord du château.

ETHG_bl_berleburg_2

Un plan de 1772 montre la douve du château, alors remplie d’eau, désormais espace de gazon reconnaissable à sa forme. Sur cette représentation du jardin de Berleburg, la plus ancienne connue à ce jour, on découvre quatre parterres rectangulaires, avec un parterre arrondi ou une fontaine en son centre. Il est probable que cette conception avec les allées en forme de croix donna son nom au « jardin en croix ».

Comme il n’existe pas de représentation des allées sur la carte historique, on peut supposer que les premiers châtaigniers du jardin, tout comme ceux de la cour intérieure, furent seulement plantés vers 1800/1850. Les châtaigniers actuels du jardin en croix sont ceux de la deuxième génération, plantés après la seconde guerre mondiale. L’allée longeant le mur du parc est constituée de marronniers communs ; l’allée parallèle, qui mène à l’aile nord du château, de marronniers rouges.

ETHG_bl_berleburg_3

Sur la carte de 1772, on peut également voir le bâtiment « Lusthaus » au bout de la partie ouest du jardin. Cet édifice baroque était utilisé pendant les mois d’été pour les fêtes et probablement l’hiver en tant qu’abri pour les plantes en pots telles que les orangers et les citronniers.

On ne sait pas combien de temps la conception baroque du jardin en croix a perduré. Une restructuration a toutefois pris place vers la fin du XIXe siècle. Sur un plan cadastral de 1907, on découvre des pelouses et des sentiers courbés, une fontaine, probablement en métal, et une grande mosaïque de fleurs arrondie. Sur une photo, datant également de 1907, ce décor est clairement reconnaissable. La mosaïque de fleurs, une forme de parterre très en vogue à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, a une forme courbée et est traversée par des allées le long des plantations denses et multicolores. En regardant bien, on reconnaît les statues d’origine badigeonnées de banc devant la « Lusthaus ».

ETHG_bl_berleburg_4

Un bassin de forme rectangulaire, entouré de parterres de roses, se trouve devant celle-ci.

Depuis le petit kiosque dans la partie sud-ouest du jardin en croix, on a une jolie vue sur la vaste partie ouest du parc situé dans la vallée du ruisseau de Berlebach. Un chemin attrayant se déploie le long des hauts murs du château d’un côté et des talus d’arbres fruitiers escarpés de l’autre, qui offre des vues intéressantes sur le parc aménagé dans le paysage. Le chemin direct depuis le jardin en croix vers la partie du parc située dans la vallée passe via le chemin en pente à travers l’allée d’érables en deçà du kiosque.

Le parc situé le long du ruisseau de Berlebach est à l’origine, dans la première moitié du XVIIIe siècle, un parc animalier avec des animaux sauvages et exotiques.

De la volaille comme des faisans dorés, paons, pintades, canards et oies était élevée dans une faisanderie et utilisée pour la bonne cuisine. Un bassin alimenté en eau par le ruisseau Berlebach au centre du jardin servait pour l’élevage de poissons. Le parc animalier d’origine, un domaine de chasse constitué de forêt et de prairies, utilisé pour l’élevage, les soins et la chasse d’animaux sauvages locaux et exotiques, était limité par une clôture. Dans une clairière, on trouvait un petit verger avec une « Lusthaus », désignée comme « chinoise » à cause de son toit en forme de pagode.

D’autres bâtiments comme un pavillon de chasse et une grotte en pierre, que l’on peut encore situer aujourd’hui sur le domaine, sont représentés sur la carte. Le seul édifice de cette époque resté dans son état original est la petite maison à colombages sur le sentier principal.

A la fin du XIXe siècle, le parc animalier fut transformé en parc d’agrément, mais la configuration des sentiers demeura semblable. Depuis, d’autres points d’eau ont été aménagés, ainsi que des pelouses et des parterres de plantes vivaces, qui donnent désormais au parc son caractère. Des jeux de couleurs fascinants se dévoilent particulièrement au printemps, à la période de floraison des rhododendrons, et à l’automne, lorsque le feuillage des érables du Japon resplendit de son rouge vif.

Vers l’ouest le terrain monte fortement jusqu’au parc boisé. En se promenant à travers la forêt, on a des jolis points de vue renouvelés sur le château par-dessus la vallée. A l’extrémité sud du site se trouve un axe de vue vers le haut sur la « Bergquelle » (source), dont l’aménagement fut réalisé dans le cadre de la réalisation du parc d’agrément au début du XIXe siècle.

ETHG_berleburg_besinfo

 

Parc du château de Bad Berleburg
Goetheplatz 8
57319 Bad Berleburg

Propriétaire: Sayn-Wittgenstein-Berleburg

 

Admission:
Parc: entrée gratuite
Château: adultes 5 euros; Enfants 1 euro; Groupes à partir de 20 personnes 4 euros

Horaires d’ouverture:
Parc: ouvert toute l’année

Programme culturel, événements: concerts et marché de Noël

Informations touristiques:
Boutique: non
Café / Restaurant: dans la village
WC: non
Parking: à proximité

Bancs dans le parc: oui
Accès sans obstacles: Les chemins principaux sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Chiens: les chiens doivent être tenus en laisse

Google Maps

Mit dem Laden der Karte akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von Google.
Mehr erfahren

Karte laden