X

EGHN – RÉSEAU EUROPÉEN DU PATRIMOINE DES JARDINS

Les jardins baroques de Het Loo

Une oeuvre disparue du XVIIème siècle revient à la vie

Le château et le jardin de Het Loo furent conçus et bâtis telle une seule oeuvre à partir de 1686. Le niveau élevé de la nappe phréatique et les nombreuses sources naturelles favorisèrent la construction de fontaines, canaux et points d’eau.

Les murs au sud sont recouverts d’arbres en espaliers : pommiers, poiriers, pêchers, abricotiers, nectariniers, cerisiers et pruniers – aménagement de jardin typiquement néerlandais. Les colonnades en demi-cercle au bout du parc ouvrent sur une vue magnifique du château, des parterres et des allées.

On pourra admirer de nombreuses roses traditionnelles très parfumées, des espèces historiques de plantes herbacées et de jolies fleurs à bulbes inhabituelles. Sur les murs se trouvent de multiples pots en pierre, reproduits d’après les originaux du XVIIème siècle, contenant des plantes cultivées sur place. Les splendides bouquets, dans le château, proviennent également du jardin.

L’été, le jardin de la reine est parsemé de plantes de l’orangerie, dans des pots de pierre ou des bacs en bois. Les grandes haies protègent la vue, le clapotis de l’eau se fait entendre dès les premiers jours de chaleur et ça sent bon la fleur d’oranger.

En 1684, Guillaume III (1650-1702) acquit le château médiéval de Het Loo, afin de construire un nouveau pavillon de chasse sur les terrains attenants. En 1686, le corps de logis, les colonnades, les ailes et les murs du jardin étaient terminés et l’aménagement du jardin commença.

et_observ_leiste_hetloo_1

Alors que Het Loo fut bâti pour la chasse et que Guillaume III et son épouse, la princesse Mary (1662-1696) disposaient de nombreux palais, propriétés de campagne et maisons diverses, on prêta toutefois beaucoup d’attention aux détails de la construction de l’édifice et de l’aménagement du jardin. La maison et le jardin devaient constituer une unité. Les points d’eau dans le jardin furent même décisifs dans le choix du lieu de construction du pavillon. Le plan original montre un jardin rectangulaire en contrebas, entouré de murs et de terrasses sur trois côtés et deux jardins plus petits des deux côtés de la maison.

et_observ_leiste_hetloo_2

En 1689, Guillaume III et son épouse acquirent la souveraineté anglaise et Het Loo fut de ce fait embelli. Les colonnades furent remplacées par quatre pavillons. Le jardin fut élargi au nord. L’allée menant au château médiéval se trouva alors entre les deux parties du jardin, nommées “jardin inférieur” et “jardin supérieur”. Les colonnades furent transférées au bout du jardin supérieur, formant ainsi une limite optique à la partie baroque du domaine.

Sur les côtés ouest et est du nouveau pavillon, on aménagea deux jardins en contrebas : le jardin du roi et le jardin de la reine. Ils sont divisés en parterres symétriques et entourés de chemins ornés de fontaines, de jets d’eau et de sculptures.

Dans le jardin inférieur, la fontaine de Vénus, entourée de quatre cygnes, est le plus impressionnant de tous les points d’eau. Les nombreux parterres sont agrémentés de haies de buis, dont les formes compliquées furent, entre autres, conçues par l’architecte français Daniel Marot. Les bordures qui les entourent, fleuries à longueur d’année, sont elles-mêmes limitées par des petites haies de buis.

et_observ_leiste_hetloo_3

Des terrasses en hauteur, on avait une vue magnifique sur le jardin, alors que des terrasses en biais, on pouvait apercevoir les jardins du roi et de la reine. Une série de pots et de bacs contenant des plantes de l’orangerie était exposée autour des parterres et des murs.

Les murs au sud étaient recouverts d’arbres en espaliers : pommiers, poiriers, pêchers, abricotiers, nectariniers, cerisiers et pruniers. Dans le jardin du roi se trouvait également un terrain de jeu, “Klosbaan”, où l’on pratiquait un sport comparable au golf.

Dans le jardin de la reine, les haies de buis procuraient de l’ombre fraîche lors des journées chaudes. A l’intérieur de ces formes symétriques existaient quatre parterres, chacun avec une fontaine au milieu.

et_observ_leiste_hetloo_4

Lorsque l’on traversait l’allée du jardin inférieur pour aller au jardin supérieur, on avait une vue directe sur le jet d’eau haut de treize mètres de la fontaine du roi. Il pouvait atteindre cette hauteur grâce à la perspicacité des ingénieurs de l’époque, qui utilisèrent les différences de niveau naturelles. L’eau de source, amenée jusqu’au jardin par une canalisation, sortait directement de la terre, en quantité suffisante, et elle était fraîche et propre. De nombreux contemporains décrivaient Het Loo avec beaucoup d’étonnement et d’admiration devant tant de beauté.

A la mort du roi, l’entretien du domaine devint difficile pour ses héritiers et le jardin perdit peu à peu de sa splendeur. Après la fuite de Guillaume V (1747-1808), en 1795, le jardin fut pillé et tomba en ruine.

et_observ_leiste_hetloo_5

Lorsque le roi Louis Napoléon (1778-1846) fut en charge du domaine, il demanda à l’architecte Dufour de concevoir des plans pour son élargissement. Les terrasses furent nivelées et le jardin inférieur rempli de terre. On trouve encore des restes de cet aménagement du temps de la reine Wilhelmine (1880-1962), avec la grande pelouse derrière la maison et la présence de certaines espèces d’arbres.

En 1970, à la mort de Wilhelmine, on transforma le palais en musée. Les bâtiments du XIXème et du XXème siècle furent détruits et le château rénové dans le style du XVIIème. Le jardin fut également restauré en style baroque.

La reconstruction du domaine ne fut possible qu’avec l’aide des sources historiques encore disponibles : descriptions contemporaines de l’endroit, croquis, plans, factures, listes de plantes. Certaines fouilles furent également fructueuses mais ne correspondaient pas toujours aux images de l’époque. Les notes et les dessins très précis de Walter Harris, médecin personnel de Guillaume III, qui avait tout répertorié sur ordre de la reine, furent d’une utilité précieuse pour ces travaux. Ils avaient été publiés en 1699.

En mai 1980, la restauration des murs du jardin commença et, dans les années qui suivirent, les constructions en pierre en firent un lieu unique. Afin d’expérimenter la culture de plantes pour les parterres, on aménagea des parterres au château.

Peu de temps avant l’ouverture de Het Loo, les moyens financiers nécessaires à la restauration des colonnades manquaient encore, puis furent finalement disponibles.

Le 20 juin 1984, par une belle journée, la reine inaugura le palais. On avait l’impression que Guillaume III venait de quitter les lieux. Le clapotis des fontaines se faisait entendre, les roses laissaient échapper leurs parfums, les colonnades procuraient de l’ombre fraîche et ouvraient sur une vue splendide des parterres et des points d’eau baroques. Depuis ce jour, presque trois millions de visiteurs sont venus à Het Loo.

L’entretien du domaine est resté difficile, malgré l’engagement sans faille de très bons jardiniers. On y manque malheureusement de personnel. Le jardin demeure toutefois magnifique.

De nombreuses erreurs ont été corrigées depuis l’ouverture au public. Par exemple, le buis buxus suffruticosa dans le jardin inférieur, qui pousse très mal aux Pays-Bas, a été remplacé par le buis commun buxus sempervirens. Chaque année, on veille à ce que les plantes des bordures forment un contour multicolore pour les parterres. On cultive également certaines plantes déjà existantes au XVIIème siècle.

On pourra admirer de nombreuses roses traditionnelles très parfumées, des espèces historiques de plantes herbacées et de jolies fleurs à bulbes inhabituelles. Sur les murs se trouvent de multiples pots en pierre, reproduits d’après les originaux du XVIIème siècle, contenant des plantes cultivées sur place. Les splendides bouquets, dans le château, proviennent également du jardin.

L’été, le jardin de la reine est parsemé de plantes de l’orangerie, dans des pots de pierre ou des bacs en bois. Les grandes haies protègent la vue, le clapotis de l’eau se fait entendre dès les premiers jours de chaleur et ça sent bon la fleur d’oranger.

Ben Groen
Conservateur du jardin de Het Loo

et_observ_besinfo_hetloo

 

Adresse:
Paleis Het Loo National Museum
Koninklijk Park 1
7315 JA Apeldoorn

Tel: 055-5772400
E-Mail: info@paleishetloo.nl
Website: www.paleishetloo.nl

Propriétaire:
Nationalmuseum Het Loo

Horaires d’ouverture:
Toute l’année, 10:00-17.00. Fermé le Lundi.

Prix:
Adultes: 14,50
Enfants (4-12) : 5,00

Programme culturel et expositions:
Expositions dans le château et dans les étables
Voir aussi site web : www.paleishetloo.nl

Informations touristiques:

  • Boutique: oui
  • Restaurant: oui, dans le château (avec terrasse), près de centre d’accueil et dans le parc (pendant la saison)
  • WC: oui, dans le château et près de centre d’accueil
  • Parking: Parking 3,00 Euros
  • Bancs dans le parc: oui
  • Durée moyenne de séjour: 2 à 3 heures
  • Accès adapté aux personnes à mobilité réduite: oui dans le parc

Programme pour enfants:
Contacter Educatieve Dienst Paleis Het Loo. Voir www.paleishetloo.nl pour les détails.

Carte du domaine et autres informations concernant le parc:

  • Petit guide de visite et cartes avec les billets
  • Panneaux sur site (arbres, plantes etc.)
Google Maps

Mit dem Laden der Karte akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von Google.
Mehr erfahren

Karte laden