X

EGHN – RÉSEAU EUROPÉEN DU PATRIMOINE DES JARDINS

Jardins de Kerdalo

Les jardins de Kerdalo sont nés en 1965 de l’imagination jardinière et du talent artistique de Peter Wolkonsky, séduit par les terres acides et vallonnées d’une ancienne ferme surplombant le Jaudy.

« Kerdalo est un monde fragile, à la merci du temps, des changements climatiques, de la pollution. C’est un monde magique, blotti, clos, secret, à la fois naturel et façonné, à la croisée d’un univers botanique et d’un univers romantique. »

(Peter Wolkonsky)

Né en 1901 à Saint Pétersbourg (Russie), Peter Wolkonsky passera une grande période de sa vie à peindre avec sa mère, principalement en Italie et en Provence. Par la suite, il dessinera et créera des jardins.

ETHG_bl_kerdalo_1

En 1965, Peter Wolkonsky commence la réalisation de Kerdalo sur la terre acide et vallonnée d’une ancienne ferme surplombant la rivière du Jaudy, en face de la vieille ville de Tréguier. Bassins, cascades, escalier d’eau, grotte, pavillons vont être construits en quelques années. Avec l’aide de grands pépiniéristes comme Harold Hillier de Winchester, le choix des végétaux va être fait minutieusement à la fois pour leur rareté botanique mais surtout pour leurs couleurs. Plus de 5000 plantes vont ainsi trouver leur place dans ces 17 hectares.

A sa mort en 1997, Kerdalo sera repris en main par sa fille Isabelle et son mari Timothy et malgré le passage de la tempête de 1999, les inondations, les fuites des étangs et parfois le manque d’eau, les jardins ont aujourd’hui retrouvé leur splendeur originelle.

ETHG_bl_kerdalo_2

Le Canal
Au centre de cette « chambre » aux consonances asiatiques, un bassin rectangulaire dans lequel différents reflets jouent à cache-cache a été posé. A l’une de ses extrémités, une pagode en bois imaginée par Wolkonsky attire l’œil, mais c’est à l’automne qu’un paravent d’un rouge flamboyant se déploie : la Vitis coignetiae clôt la saison en beauté.

Au printemps, les Exochorda x macrantha ‘The Bride’ se parent de leurs innombrables petites fleurs blanches tandis que les Magnolia soulangeana ‘Brozzonii’ et sprengeri diva arborent fièrement leur parure rose et blanche.

ETHG_bl_kerdalo_3

La Grotte
Durant sa jeunesse, Peter Wolkonsky avait découvert les jardins italiens, caractérisés entre autre par la présence reposante de l’eau et des grottes qui représentent l’origine terrestre des hommes. C’est dans cet esprit que le petit édifice a été bâti. Les personnages marins qui en ornent les murs et qui ont été fabriqués à partir de coquillages donnent à l’endroit une atmosphère de mystère. Durant tout l’été, les feuilles gigantesques des Gunnera manicata amplifient cette sensation.

La Lande Dorée
A l’origine, cette partie du jardin colonisée par les genêts et les ajoncs avait attiré l’œil du peintre qu’était Wolkonsky par sa couleur dorée.

Les ajoncs et les genêts ont depuis été remplacés par des Taxus baccata ‘Fastigiata Aureomarginata’, desPittosporum tenuifolium ‘Variegatum’ et ‘Golden King’, des Cornus alba ‘Gouchaultii’ ou encore desGenista aetnensis. Quelques touches de rouge ont été ajoutées grâce à des Cornus alba ‘Sibirica’ et desCotinus coggygria ‘Atropurpurea’.

Aujourd’hui, tous ces spécimens remarquables âgés de plus de quarante ans, donnent à la Lande Dorée l’apparence d’une toile de Wolkonsky.

ETHG_bl_kerdalo_4

Les Quatre Carrés
L’ancien potager de la ferme qui devait à l’origine accueillir la collection d’iris de Wolkonsky, a été repensé et entièrement refait par Timothy Vaughan entre 2002 et 2004. Les inondations de l’automne 2000 ainsi que les mauvaises herbes avaient eu raison de l’endroit.

En été, c’est une palette de rose (Penstemon ‘Evelyn’, Persicaria affine, Allium sphaerocephalon, Salvia x superba ‘Tänzerin’) et de bleu (Geranium ‘Rozanne’) rehaussée par quelques touches de jaune vif (Hakonechloa macra ‘Aureola’) que l’on peut admirer depuis la rambarde. Cette hauteur permet non seulement d’apprécier les formes géométriques et les symétries mais aussi de porter son regard au loin, sur la Lande Dorée.

ETHG_bl_kerdalo_5

Les terrasses
Exposées plein sud, Wolkonsky avait décidé d’implanter des végétaux peu rustiques dans ce « Petit Nice ».

Sur les terrasses, le printemps se réveille avec une dominante de jaune-vert mais c’est lors de la floraison des Accacia pravissima qu’elle est le plus impressionnante.

En été c’est une explosion de couleurs : le rouge flamboyant et le jaune vif des Crocosmia ‘Lucifer’ et ‘Paul’s Best’ se mêlent au feuillage gris argenté du Melianthus major tandis que les petites fleurs blanches délicates des Hoheria sextylosa se marient à merveille avec le jaune des Kniphofia ’Green Jade’. La floraison impressionnante des Beschorneria yuccoides est à ne pas manquer. Les Echium pininana tout comme les Cupressus sempervirens quant à eux, amènent une touche de verticalité.

La Vallée du bas
Le chemin qui mène à la vallée du bas longe le grand étang jusqu’à la digue. Un peu après le Drymis lanceolata, le chemin se divise en deux. Pour un spectacle grandiose au printemps comme en été, préférez celui de gauche qui devient un peu plus étroit.

Les Lysichitum americanum (jaune vif) et les Lysichitum camtschatcensis (blanc) sont les premières floraisons du début de printemps. C’est ensuite au tour des Gunnera manicata de faire leur entrée. Encore parées de leurs protections hivernales vous pourrez déjà apercevoir les nouvelles feuilles se déployer. Au bord du petit ruisseau, quelques Dicksonia antartica amènent une touche de verticalité. Dans cette partie du jardin, la floraison des azalées et des rhododendrons est spectaculaire début mai.

En été, une véritable jungle s’est installée : Les fleurs et les feuilles gigantesques des Gunnera manicata se mêlent aux Matteucia struthiopteris, aux astilbes et aux feuilles de lysichitons maintenant à leur apogée.

En automne, tout redevient plus calme, et juste avant les premiers froids, les Gunnera sont protégées en plaçant sur le cœur de la plante les feuilles coupées que l’on retourne.

En 2005, les Jardins de Kerdalo ont obtenu le label ‘Jardin Remarquable’ et ont été inscrits en 2007 à l’Inventaire des Monuments Historiques.

Adresse:
Jardins de Kerdalo
22220 Tredarzec

Lat 48.789915 – Lon -3.216659

kerdalo@wanadoo.fr
www.lesjardinsdekerdalo.com

Eigentümer: Privat

Eintrittspreis:
Erwachsene 8,50 Euro; Kinder 4,50 Euro

Öffnungszeiten:
April bis Juni und September, Montag und Samstag von 14.00 bis 18.00 Uhr Juli/August,
täglich 14.00 bis 18.00 Uhr, außer Sonntag