Les jardins du paysage des châteaux et parcs dans le Pays de Munster
Vivre et savourer le patrimoine culturel des jardins

“Pour le visiteur étranger, le grand nombre de jardins, parcs et promenades du Pays de Munster est étonnant”. Cette appréciation de l’architecte paysagiste suisse Günther Vogt est souvent faite, lorsque des amis des jardins venant de l’extérieur font connaissance de la région.

Bien que la région de Munster ait des jardins et parcs qui offrent des créations imposantes en art paysagiste, comme le château de Nordkirchen, le “Versailles de la Westphalie”, les particularités, les côtés typiques de la Région de Munster ne sont souvent découverts qu’à deuxième vue:

Ici le paysage marque les jardins et les jardins marquent le paysage.

Le paysage de parcs du Pays de Munster est un espace typique, principalement agraire et richement structuré qui comprend des fermes isolées entourées de prairies, pâturages, surfaces labourées, haies et petites surfaces boisées, mais il est également un paysage de PARCS.

Le grand nombre de châteaux à douves et châteaux avec leurs jardins et parcs sont semés dans le paysage comme des perles et ils donnent un charme à tout l’environnement. L’architecture, les parcs et le paysage s’harmonisent en une mosaïque unique.

Les espaces verts publics des villes et communes viennent compléter cette structure. Par exemple, la promenade de la ville de Munster, une chaîne de 4,5 km d’espaces libres de grande qualité, est un espace d’aventure et de détente au tour de la vielle ville historique. Les remparts et les promenades, les cimetières historiques, les places et les parcs publics des communes ajoutés au paysage de parcs font de la Région de Munster une région digne d’être vécue.

L’attachement proverbial au terroir de la population a contribué à la conservation de cet espace de paysage culturel de grande valeur. Les structures agricoles développées au long des siècles sont aujourd’hui la base des produits régionaux de haute qualité. Ces produits, venant directement des lieux de production ou transportés sur des courtes distances de marchés, enrichissent l’offre sur place. Les offreurs de produits coopèrent dans des cercles de qualité, comme par exemple le Slow Food ou bien les fermiers producteurs créent des initiatives de vente directe. Ces particularités régionales représentent une tentative pleine de succès de faire objection à l’assimilation générale habituelle internationale et globale.

Une coopération avec Slow Food ou d’autres initiatives dans le cadre du réseau EGHN constitue un départ inédit pour faire vivre et savourer le patrimoine culturel (des jardins) en Région de Munster, en liaison avec les potentiels des produits régionaux de haute valeur.

Le Münsterland est un grand paysage en mosaïque d’une superficie de 6.000 kilomètres carrés, au nord-ouest de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Elle est située entre la Forêt de Teutobourg (Teutoburger Wald) et le fleuve Lippe, “l’Emsland” en Basse-Saxe et les Pays-Bas.

Sa silhouette traditionnelle est formée par des églises, des monastères, des entrepôts et des fermes et châteaux forts entourés d’eau. Les nombreuses fermes isolées, au milieu de prés, de pâturages, de haies et de surfaces boisées relativement petites constituent l’attrait sans pareil de “l’Ensemble Paysager du Münsterland” (Parklandschaft Münsterland).

Environ 1,6 million de personnes vivent ici, dans 66 villes et communes. Münster, “la métropole de la Westphalie”, d’une population d’environ 270.000 habitants est le centre et le cœur battant de la région. Lors d’un concours international en 2005, Münster a été désignée comme une des villes les plus agréables à vivre au monde, entre autre en raison de ses structures d’espaces libres exceptionnelles.

Depuis longtemps déjà, les habitants du Münsterland ont abandonné les vieux préjugés et répondent aux exigences du tourisme international en offrant une infrastructure moderne. Depuis longtemps déjà, le Münsterland est de premier choix, et pas seulement pour les cyclotouristes.

La nature, la culture, les sciences innovatrices, l’industrie moderne et la structure stabile des petites et moyennes entreprises s’unissent pour former une région forte.

Environ 40.000 étudiants sont immatriculés à la troisième université de l’Allemagne, la “Wilhelms-Universität de Westphalie” à Münster.

L’infrastructure bien développée, ainsi que diverses entreprises – entre autre dans les domaines de la construction mécanique, la chimie, l’industrie textile, les produits alimentaires et les techniques de protection de l’environnement – offrent aux habitants du travail et une qualité de vie. La commercialisation des produits régionaux de haute qualité a une longue tradition et gagne de plus en plus d’importance.

Le Münsterland est devenu la Mecque du sport équestre. Nulle part ailleurs, il y a plus d’institutions se consacrant au cheval. Les champions olympiques, les champions du monde et d’Europe dans toutes les disciplines équestres et de tous âges viennent d’ici.

Le Münsterland n’a pas de merveille du monde à présenter, c’est plutôt un coffre aux trésors, rempli de joyaux. Un grand nombre de châteaux et châteaux forts entourés d’eau, situés en général à l’écart des grands axes routiers, unissent l’ensemble paysager et le paysage des châteaux. “La Route des 100 châteaux” fait partie des circuits recommandés les plus appréciés.

Le projet “REGIONALE 2004” du Land de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie a augmenté de plus en plus la prise de conscience de l’aspect culturel des jardins de la région. Lors du projet du Landschaftsverband Westfalen-Lippe “Les jardins historiques à droite et à gauche du fleuve Ems”, le potentiel culturel des jardins dans l’est du Münsterland a été présenté pour la première au grand public. Dans les années à venir, le projet suivant “Le(s) royaume(s) des jardins de l’ouest du Münsterland” établira la documentation de tout le Münsterland avec ses attraits dans l’art paysagiste.

Les résultats de ces projets seront intégrés dans l’European Garden Heritage Network (EGHN) et ainsi, l’aspect culturel des jardins du Münsterland entrera dans le réseau européen des jardins.

Pendant un grand’ nombre de décennies, les jardins et parcs au Münsterland furent un trésor caché dont on commence à prendre conscience. Faire du jardinage est un des passe-temps favoris des allemands, mais s’interroger sur l’histoire de l’art des jardins du Münsterland resta longtemps le domaine des experts et professionnels. Incontestablement, cela a changé au cours des dernières années. Le public s’intéresse de toute évidence aux manifestations et visites guidées organisées et aux publications éditées entre autre par le “Landschaftsverband Westfalen-Lippe” et plus particulièrement la “Westfälische Amt für Landschafts- und Baukultur”.

Il y a eu également (plutôt) peu d’informations concernant l’art des jardins en Westphalie pendant les dernières décennies. Les châteaux forts et châteaux entourés d’eau du Münsterland sont connus pour faire une sortie du dimanche. Mais par contre, les parcs et jardins sont rarement perçus comme représentant un art autonome.

Cependant, la noblesse de Westphalie a attaché grande importance aux jardins à caractère de représentation, comme le montrent les exemples depuis l’époque du baroque (par ex. Park Burg Hülshoff, Schlosspark Nordkirchen, Bagno-Park). A partir du XVIIIe siècle, au temps de l’absolutisme, il y eut de magnifiques réalisations dans le domaine de l’art de jardins dont il ne reste plus aujourd’hui que les plans. Autrefois, la noblesse et le clergé ont réalisé des parcs et jardins dont souvent les allées et les bois s’étendaient dans le pays environnant (par ex. le Schlosspark Nordkirchen). Fréquemment, ces parcs et jardins du Münsterland étaient en rapport avec des “parcs à gibier historiques” qui existent encore de nos jours (par ex. le Historischer Tiergarten Raesfeld).

A partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle et pendant le XIXe siècle, au siècle des Lumières, l’idéal que l’on avait des jardins changea: le style sobre et géométrique devint plus naturel, plus inspiré du paysage. Lorsque les idéaux culturels de la bourgeoise commencèrent à apparaître au cours du XIXe siècle, également au Münsterland, l’aménagement de parcs et jardins publics ouverts à tous devinrent le centre d’intérêt (par ex. le Botanischer Garten de Münster).

L’urbanisation des grandes villes comme Münster provoqua la création d’espaces verts comme zones de détente proches. Dans les villes de moindre envergure (Warendorf, Beckum) les places vertes des villes furent aménagées avec des monuments et des plaques souvenir. Les styles d’agencement, jusqu’alors clairement séparés les uns des autres, se mélangèrent aussi dans la Westphalie de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle et formèrent un pluralisme de styles qui marque encore aujourd’hui l’aspect de beaucoup de parcs et jardins.

C’est seulement à partir des années 80 du XXe siècle qu’un nouveau style naquit, le “jardin naturel”, fortement appuyé par le mouvement écologique de l’époque, faisant passer l’esthétique au second plan, au profit de micro-biotopes, comme par ex. le Emsauenpark à Telgte. Au cours de ces dernières années, on a pu à nouveau constater partiellement une tendance vers les parcs aménagés de façon plus formelle. Les figures et formes géométriques cassées sont fréquemment l’idée de base de la conception (par ex. le Salinenpark de Rheine et le Vier-Jahreszeiten-Park à Oelde).

A l’avenir, le Landschaftsverband Westfalen-Lippe désire faire ressortir la valeur culturelle historique des jardins et parcs également dans les autres régions de la Westphalie et la mettre à profit du développement régional. Après tout, l’art des jardins est un bien culturel dont profite chacun, que ce soit du point de vue idéel, culturel ou économique: les visiteurs, les communes et régions, les voisins et les habitants ainsi que les propriétaires des jardins. Tout particulièrement les propriétaires particuliers sont très disposés à s’engager pour la conservation de leurs jardins et de les ouvrir partiellement au public (par ex. le Schlosspark de Anholt, le Schlosspark à Hovestadt, Gärten am Haus Welbergen).

Les Jardins

Sites Culturels