X

EGHN – RÉSEAU EUROPÉEN DU PATRIMOINE DES JARDINS

Love Garden

Texto en español

« Love Garden » (jardin de l’amour) est un jardin créé dans le langage des sens.

C’est pourquoi on ne peut lui appliquer un style déterminé. Il n’a pas été conçu par un paysagiste et il ne suit pas de règles fixes, mais il s’est développé de façon intuitive, animée par la perspective de restaurer sa beauté perdue.

Situé au cœur du parc naturel du détroit de Gibraltar, sur le versant d’une montagne, ce jardin paradisiaque est entouré d’un mur cyclopéen, tel une arène préhistorique ; il semble caché dans un endroit secret de la planète où, comme par magie, le ciel et la terre se seraient amoureusement unis dans un tendre enlacement.

Le visiteur peut observer, mais surtout sentir, comme la présence du silence communique avec la beauté de la verdure et la force tellurique des grands rochers qui entourent ce lieu, en formant un ovale mystique.

« Love Garden » se distingue en tant que site exceptionnel grâce à sa situation stratégique. Et aussi grâce au fait qu’il soit un refuge in memoriam et qu’il se soit transformé de plomb en or par une sorte d’alchimie.

Il faut tout d’abord relever que le jardin, créé par une autodidacte à partir des sentiments et de l’intuition, ne suit aucun schéma précis. Toutefois, dans sa composition minutieuse et après des années d’entretien, on peut y déceler un certain style japonais, comme dans la coupe de quelques arbustes et arbres, ou dans les éléments décoratifs sculptés dans le granit, les grands rochers, le lac avec sa petite île, l’équilibre de son asymétrie (dénivelés) et son atmosphère zen.

Le visiteur atteint le jardin par trois escaliers qui se suivent, bordés d’arbustes et de plantes locales d’un vert relaxant et prometteur ainsi que de pierres recouvertes de lichen d’un blanc immaculé, tel un voile de mariée.

Au troisième niveau, le visiteur pénètre dans un ovale de 3000 mètres carrés inattendu et surprenant. C’est ainsi qu’on entre sur la scène d’un frais vert émeraude, où la nature mène la danse qui célèbre la vie.

Devant nous, le jardin apparaît, partagé en deux par une lame d’eau dans laquelle se reflètent les rochers lors des matinées ensoleillées, et que, la nuit tombée, les étoiles et la lune éclairent et font scintiller.

Ce petit lac est alimenté toute l’année en eau ferrugineuse, ce qui lui assure une faune et une flore diversifiées. Parmi ses habitants, on trouve de multiples grenouilles, des tortues et des carpes. La végétation aquatique est composée de joncs, papyrus et nénuphars dans les couleurs blanc, rose et jaune pâle.

Cette idylle est couronnée par la présence de cinq saules pleureurs, qui bordent les rives d’une mélancolie élégante. Un peu plus loin du bord, quelques arbres fruitiers fleurissent puis fructifient, et apportent au lieu arômes et couleurs.

Au milieu du lac se trouve une petite île avec un banc en son centre. Pour y accéder, on traverse un seuil imaginaire, frontière entre le monde visible et l’invisible, le tangible et l’inénarrable. On peut ainsi marquer un temps d’arrêt, contempler cette beauté à travers le silence et se laisser entraîner dans un univers parallèle.

Il existe en outre un cercle de pierres naturelles encastré dans le sol, uniquement réservé à l’élément feu. Ici les flammes du souvenir et de l’oubli, ici la paix au-delà de l’incertitude ou le nirvana au-delà du chagrin.

Plusieurs parasols naturels faits d’arbres taillés produisent des ombres agréables, lesquelles nous transportent visuellement vers un lieu irréel, un monde plaisant et rempli d’imagination qui sublime la misère humaine.

Au sud, le jardin est délimité par des rochers énormes. La lumière bleu azur y pénètre par les fentes, et le vent et la brise marine s’y faufilent badins. Une vision fragmentée de la mer et du ciel, des nuages et de la pluie, de la brume estivale et de la rosée hivernale s’offre au regard. L’extérieur s’écoule dans l’intérieur, deux langages se parlent, deux mondes fusionnent.

Dans la partie haute du verger, on trouve une autre source qui coule et stagne en formant un bassin naturel entouré de pierres séculaires très imposantes. Depuis ce point de vue on peut contempler un panorama spectaculaire : le passage entre la mer Méditerranée et l’océan Atlantique, le détroit de Gibraltar. Par temps dégagé, on distingue la ville de Tanger et une partie de la côte nord du Maroc, si proches la culture et l’imaginaire de tout un continent : l’Afrique.

« Love Garden » est poésie visuelle, transmutation, audace, amour… En définitive un cadeau thérapeutique pour l’observateur, le visiteur, l’ami, le sceptique et quelque touriste du hasard qui sans chercher trouve soudainement. Dans ce paradis se côtoient l’intime et l’extraordinaire, l’originel et l’exotique, le silence des secrets et des émotions, et le son du chuchotement du vent entre les branches et de la berceuse murmurée par l’eau.

Le jardin est en constante évolution, non seulement par le changement de saison, mais aussi parce que nous continuons à récupérer des espaces, à aménager des zones sauvages et à créer des formes qui nous transportent vers un état paisible des choses.

 

Love Garden (Jardin d’amour)
Finca El Canuelo
Sierra de la Plata S / N
Bolonia
11380 Tarifa, Cadix

Gps: 36,0926; -5,77985

Tel: +34 674255504 (Pablo)
winddoses@hotmail.com

Propriétaire: Privé

Frais d’entrée:
5 euros par personne
3 euros par personne pour les groupes de plus de 5

Horaires d’ouverture:
Seulement le mercredi
Hiver: 1er octobre – 21 mars, de 15h00 à 18h00
Eté: 22 mars – 30 septembre, 17h00 – 21h00
Un contact préalable est recommandé.

Informations touristiques:
Café: Non, mais des boissons chaudes et froides sont disponibles
Toilette: Non
Parking: Près du jardin
Appartement de vacances: Un appartement de vacances est à louer: contactez Marta au: +34 691798444 ou par mail à marta@lovegarden.es

Accessibilité: En raison du relief, le jardin n’est pas adapté aux visiteurs à mobilité réduite
Chiens: Chiens interdits

Google Maps

Mit dem Laden der Karte akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von Google.
Mehr erfahren

Karte laden