X

EGHN – RÉSEAU EUROPÉEN DU PATRIMOINE DES JARDINS

Parc paysager de Rheder

Reprenant les théories horticoles développées par le Prince de Pückler-Muskau, Joseph Bruno Comte de Mengersen composa à partir de 1838 un vaste jardin paysager d’une superficie d’environ 70 ha et de facture classique. Il renonça pour cela à tout élément exotique, et décida de ” peindre ” son parc en divers tons de verts en plantant des arbres à feuilles caduques ou persistantes.

Il aménagea des chemins et des points de vue pour amener le visiteur à découvrir les lieux les plus réussis de son jardin. L’une de ces apogées est la ” percée de Pückler “, un axe qui part du château et aboutit au Mont de Siese, situé en vis-à-vis. A partir de la colline, on distingue le fleuve serpentant dans la vallée ainsi que le village et le clocher de l’église Sainte-Catherine. Cette église bâtie en 1718 et située à proximité du pont de Catherine est considérée comme une œuvre de jeunesse du célèbre architecte baroque westphalien Schlaun. Le pont romantique en pierres sous lequel coule une source artificielle et l’île décorée d’une Madone située au milieu d’un étang sont deux des éléments initiaux du parc. Avant même les premiers bourgeonnements, des fleurs printanières telles que corydales ou anémones transforment le sol de la forêt en un tapis coloré.

Bruno de Mengersen a si bien su mettre en valeur les qualités naturelles de son environnement, que le parc ressemble aujourd’hui encore à un tableau de paysage romantique.

Lorsque la lignée des chevaliers de Brakel, qui possédait des terres étendues dans la vallée de la Nethe, s’éteignit en 1384, la propriété de Rheder revint au souverain épiscopal de Paderborn, qui la transmit en fief à la famille von Mengersen. Celle-ci obtint en 1686 le privilège de ” brasser et servir bière “, qui depuis cette époque est produite dans une brasserie à vapeur appartenant à la famille. Placé au sud du terrain, on reconnaît les contours d’un ancien étang à glace, duquel on tirait autrefois la glace nécessitée par la cave de la brasserie.

Burchardus Bruno, baron de Mengersen, commanda en 1716 aux célèbres architectes westphaliens Corfey, Pictorius, ainsi qu’au jeune Johann Conrad Schlaun, un premier château avec douve. Le bâtiment d’un jaune baroque impressionne aujourd’hui encore par sa longueur ainsi que par ses pavillons latéraux de forme octogonale.

owl_bildleiste1_rheder

En 1750, Franz Joseph baron de Mengersen et son épouse Antoinette baronne Spiegel zum Desenberg firent bâtir une demeure de maître relativement simple à la façade rose. C’est durant cette période, considérée comme le Haut Baroque de l’art du jardin, que fut créé un premier parc paysager. En homme cultivé et amateur d’art, son petit-fils Joseph Bruno Comte de Mengersen (1804-1873) avait entrepris de nombreux voyages. Inspiré par ses pérégrinations, il transforma le parc à partir de 1838 en un parc paysager de facture classique et lui fit atteindre une superficie de près de soixante-dix hectares. Fidèle aux leçons de Pückler, il renonça à tout bosquet qui ne soit pas autochtone et ” peignit ” dans le paysage en utilisant arbres à feuilles caduques ou persistantes qui produisent les tons de vert les plus variés. Toujours dans l’esprit de Pückler, il fit tracer des chemins sinueux menant à de beaux points de vue ou révélant les détails de composition les plus réussis du parc. La ” percée de Pückler ” est un axe qui se déploie au-delà de la crête de la colline de Sies et qui offre jusqu’à aujourd’hui une vue sur le château et sur la campagne environnante.

Avec la mort de Joseph Bruno en 1873, la famille von Mengersen zu Rheder perdit son dernier descendant masculin. C’est ainsi que la propriété revint en héritage aux barons Spiegel von und zu Peckelscheim.

owl_bildleiste2_rheder

Le parc, désormais plus petit qu’autrefois, a été déclaré site protégé en 1949. Il a conservé jusqu’à aujourd’hui ses dimensions généreuses ainsi que son caractère pittoresque. Avant que les premiers arbres ne se couvrent de feuilles, le sol de la forêt est transformé par des fleurs printanières telles qu’anémones et corydales en un véritable tapis de couleurs.

Le pont de pierre de style romantique, duquel semble émerger une petite chute d’eau, a été réalisé à l’époque de Joseph Bruno, Comte de Mengersen. La chute est alimentée par une source souterraine provenant de la Nethe, qui alimente ainsi deux étangs. Au milieu d’un des étangs, une Madone de pierre a été posée sur une île peuplée d’oies.

En se promenant le long du chemin de ronde qui traverse la prairie de la Nethe, on se rend compte avec quelle habileté le Comte Bruno a su utiliser la situation naturelle du terrain pour la conception de son parc. Avec ses moutons qui y paissent, le parc ressemble aujourd’hui encore à un tableau de paysage romantique.

La mise en scène du paysage
L’ensemble que composent la demeure de maître, la brasserie et le parc paysager avec ses prairies et ses arbres surplombant les collines rappelle un tableau de paysage de style romantique. Tout le plan dégage une forte impression de virginité et de pureté, une impression qui fut reprise et développée en 2003 au travers du travail de l’artiste américaine Jenny Holzer. Pourtant, les textes d’Holzer et Henry Cole, gravés sur plus de trente troncs d’arbres en état de putréfaction, sont tout sauf agréables et charmants. Situés le long des chemins ou dans les sous-bois, ils font appel à notre sens moral.

owl_bildleiste3_rheder

Le 6 septembre 2003 fut présenté un spectacle d’effets de lumière le long de l’axe du parc, appelé la percée de Pückler. Là, l’art et la nature se mêlèrent en une parfaite symbiose. Les troncs d’arbres de Jenny Holzer seront exposés dans le parc de Rheder jusqu’en 2009.

 

Des chemins dans la campagne

Partant du jaune, passant par le rose, pour finalement parvenir au vert : c’est derrière le premier château tout en longueur construit par Johann Conrad Schlaun en 1727 que se trouve le Château de Rheder. De la salle rococo richement ornée et de forme octogonale, la vue donne sur la large vallée de la Nethe et sur la région boisée du Sieseberg.

” La nature, en regroupant ici vallons et monts, et particulièrement en accumulant la richesse d’une végétation sylvestre exubérante, avec ces chênes puissants et séculaires et ces hêtres aux longues ramifications, est venu apporter son aide au créateur du parc “, écrivirent Levin Schücking et Ferdinand Freiligrath en 1872 dans leur livre ” La Westphalie pittoresque et romantique “. Et ils ajoutèrent : ” Mais il faut bien avouer que seul un goût rare allié à une compréhension fine et réellement poétique de la beauté du paysage parvinrent à ordonner ce groupe d’arbres, à aménager ce charmant sentier traversant la forêt, à semer cette pelouse ou à composer ces parterres de fleurs et arbustes avec tant de talent “. L’esprit créatif de Joseph Bruno Comte de Mengersen et de sa femme Charlotte, qui fit décorer les pièces du château de fresques savantes, semble planer aujourd’hui encore sur le domaine de Rheder. Le Comte de Mengersen était maréchal de cour de l’épouse du roi Jérôme Bonaparte et eut l’occasion de découvrir d’importants jardins, lors de voyages qu’il entreprit dans sa jeunesse en Italie, en Suisse en France et en Hongrie.

Des souvenirs s’attachent à l’histoire d’un paysage. Leur caractère rococo s’exprime pleinement au travers de la sensualité de la musique et de la poésie d’inspiration bucolique. Mais l’autre face de cette époque attirée par la fuite dans un monde champêtre, célébrant quant à elle la mort et la mélancolie, est également présente. Des lectures ou des discussions menées par Christian Brückner, Claudia Mischke, Michael Altmann, Yoko Tawada ou Durs Grünbein soulevèrent les thèmes du devenir et du disparaître dans la nature, et du cycle fait de présence et d’absence dans lequel est compris l’homme. L’amour de la beauté de la nature mais aussi la peur qu’éveille sa réalité furent tour à tour mis en poèmes. Et dans la musique, c’est la nature intérieure et la nature extérieure, avec leur douceur et leur brutalité, qui furent interprétées.

Parc paysager de Rheder
Gräflich von Mengersen’sche Dampfbrauerei Rheder
Nethetalstrasse 10
33034 Rheder (Kreis Höxter, NRW)
Tel: 05272 / 39 230
Fax: 05272 / 39 2320
E-Mail: info@schlossbrauerei-rheder.de
www.schlossbrauerei-rheder.de

 

Propriétaire:
Monsieur le Baron Elmar Spiegel von und zu Peckelsheim

Horaires d’ouverture:
Le domaine est ouvert au public toute l’année.

Prix:
L’entrée du parc est gratuite.

Programme culturel et expositions:
vous trouverez des informations régulièrement mises à jour concernant le programme culturel sur le site internet suivant www.schlossbrauerei-rheder.de

Informations touristiques:

  • Musée des Hussards: ouvert tous les jours d’avril à octobre de 11 à 17 h, le samedi de 14 à 17h. Fermeture le lundi.
  • Café: le café du château, situé dans l’Orangerie, est ouvert tous les dimanches de mai à septembre de 14 à 17 h., ainsi que dans le cadre de festivités. Le salon du jardin de style baroque peut être loué pour mariages civils. De plus, la chapelle peut être louée pour y célébrer les mariages religieux et l’Orangerie utilisée comme salle de fête.
  • WC: situés dans le café du château et également ouverts lors de festivités.
  • Parking : des bandes de parkings sont situées le long de la nationale B 252 ainsi qu’au sud du domaine.

Carte du domaine et autres informations concernant le parc:

  • un plan du domaine est mis à disposition au pont de Catherine (Katharinenbrücke), situé au nord du domaine.
  • un plan ainsi que des informations concernant les “mises en scène de la nature” de Jenny Holzer sont situés dans le parc.
  • des dépliants présentant le parc ainsi que d’autres informations sont mis à votre disposition dans le café du château et dans le Musée des Hussards.
  • Bancs dans le parc : oui.
  • Durée moyenne de séjour : 1h30.
  • Accès adapté aux personnes à mobilité réduite : En raison de la situation du parc, son accès n’est possible aux personnes à mobilité réduite que dans les endroits plats.

Programme pour enfants:
oui, dans le cadre de la fête de la brasserie.

Trajet en voiture:
BAB A 33, sortie Paderborn-Zentrum, puis B 64 en direction Höxter / Brakel, et puis  B 252 en sud à Rheder. Ou bien: BAB A 44, sortie Warburg, puis B 252 en direction Brakel vers Rheder

Google Maps

Mit dem Laden der Karte akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von Google.
Mehr erfahren

Karte laden