X

EGHN – RÉSEAU EUROPÉEN DU PATRIMOINE DES JARDINS

Park Villa La Montesca

Le baron Leopoldo Franchetti, qui vint habiter à Città di Castello en 1880, fit ériger la villa et le parc entre 1885 et 1889.

Une pelouse et son grand bassin décoratif constituent une transition idéale entre la villa et le jardin avec son arboretum.

Le jardin à l’anglaise, grand de quatre hectares, renferme un peuplement considérable d’arbres et d’arbustes. Comme il est d’usage dans ce style de jardin, la nature est l’élément essentiel d’une impression d’harmonie qui se doit de rester la plus naturelle possible malgré les éléments artificiels. Ceci est vrai en ce qui concerne l’utilisation de plantes exotiques tout comme l’aménagement de sentiers incurvés, qui se trouvent dans l’ensemble du parc et offrent de nombreux points de vue. Le parc renferme une soixantaine d’espèces arboricoles d’Amérique et des zones froides et tempérées d’Europe et d’Asie. Des espèces locales s’y trouvent également, en particulier des exemplaires majestueux de chênes et de hêtres.

L’expression de « vent nouveau » est caractéristique de la Villa Franchetti – aujourd’hui mieux connue sous le nom de Villa Montesca – et de son jardin.

Si la vie dans la plaine du Tibre, dans la chaleur de l’été ombrien, est plus ou moins léthargique, ce domaine situé au sommet de la montagne Arnato est un endroit rafraîchissant avec l’ombre offerte par ses arbres anciens et la brise qui y souffle.

ETHG_bl_montesca_1

Ce fut également un endroit pour des idées nouvelles qui révolutionnèrent le système éducatif : Maria Montessori (1870-1952) y vécut et y travailla pendant deux années (1901-1902), testant et développant de nouvelles méthodes pédagogiques. La villa renfermait alors une école gratuite pour les enfants des paysans, jusqu’à la sixième classe.

ETHG_bl_montesca_2

Le baron Leopoldo Franchetti, qui vint habiter à Città di Castello en 1880, fit ériger la villa et le parc entre 1885 et 1889. L’aménagement du site, conçu par l’architecte florentin Giuseppe Boccini, s’inpire des styles de la Renaissance et du maniérisme. C’est l’épouse américaine de Leopoldo, Alice Franchetti Hallgarten, une femme instruite à l’esprit philanthrope, qui invita Maria Montessori à l’école.

Le site choisi pour construire la villa et le parc l’a été parfaitement, avec son panorama sur le Tibre et la ville proche de Città di Castello. Le paysage est typique de la région de la Valtiberina, avec ses collines, ses terres agricoles dans la plaine et quelques forêts. Le domaine comprend également l’ancienne maison du gérant, l’orangerie et la maison d’hôtes.

ETHG_bl_montesca_3

Une pelouse et son grand bassin décoratif constituent une transition idéale entre la villa et le jardin avec son arboretum.

Le jardin à l’anglaise, grand de quatre hectares, renferme un peuplement considérable d’arbres et d’arbustes. Comme il est d’usage dans ce style de jardin, la nature est l’élément essentiel d’une impression d’harmonie qui se doit de rester la plus naturelle possible malgré les éléments artificiels. Ceci est vrai en ce qui concerne l’utilisation de plantes exotiques tout comme l’aménagement de sentiers incurvés, qui se trouvent dans l’ensemble du parc et offrent de nombreux points de vue. Le parc renferme une soixantaine d’espèces arboricoles d’Amérique et des zones froides et tempérées d’Europe et d’Asie. Des espèces locales s’y trouvent également, en particulier des exemplaires majestueux de chênes et de hêtres. Des inscriptions permettent d’apprendre le nom, l’origine et l’exploitation de nombreux arbres et plantes.

Aujourd’hui, la végétation est un mélange de grands arbres provenant des premières plantations et de la végétation spontanée correspondant aux conditions climatiques spécifiques des collines. Deux hectares du site sont également exploités en tant que régime de taillis. Les restaurations actuelles, qui devraient se terminer en 2015, ont pour objectif de reconstituer des structures précises et d’aménager des axes de vue tout en conservant le caractère singulier du parc.

A proximité de l’entrée du jardin, à droite en deçà de la villa, les visiteurs découvrent un sentier quelque peu dissimulé dans la verdure, qui suit les versants montants et descendants de la montagne tout en offrant des vues sur le paysage et en permettant l’exploration du domaine – y compris la partie inférieure du parc boisée et d’aspect naturel.

Tandis que le sentier, fait de mosaïques multicolores et de figures géométriques différentes, a été préservé dans son état originel au début du parcours, d’autres parties ont été restaurées récemment d’après la conception d’origine.

La villa, qui appartient dorénavant à la région de l’Ombrie, a conservé son intérieur élégant, ainsi que sa fonction pédagogique. Elle est devenue un centre de formation, d’éducation et de recherche, spécialisé dans l’environnement, la culture, l’apprentissage à tout âge et l’administration publique.

De retour dans la plaine, les visiteurs ont tout intérêt à découvrir un autre lieu d’inspiration : la « Fondazione Palazzo Albizzini » renferme un musée des œuvres du peintre et sculpteur abstrait Alberto Burri, né à Città di Castello. Le musée réunit le Palazzo Albinizzi et quelques bâtiments plus modernes dans un ensemble remarquable. Maria Montessori aurait sans aucun doute adoré cet endroit.

Besucherinfo

Address:
Parco di Villa Montesca
Loc. Montesca
06012 Città di Castello
Perugia
Regione Umbria
Italy
www.cittadicastelloturismo.it/en/

Owner: Regione Umbria

Entrance fees: Free entrance

Opening times: All year

Touristic information:

  • Toilet: yes
  • Parking: Free parking about 200 metres from main entrance
  • Map of the garden: PDF
  • Labels on plants: yes
  • Benches: yes
  • Accessibility: The main trails are accessible for people with reduced mobility, but with some uneven surfaces