X

EGHN – RÉSEAU EUROPÉEN DU PATRIMOINE DES JARDINS

Schlosspark Haydau

Un jardin de style baroque comprenant des terrasses et parterres et entouré d’un haut mur de clôture fut aménagé à partir de 1685 sur instructions du landgrave Karl (1654 – 1730) autour du Schloss Haydau, un ancien couvent qui devint ultérieurement la propriété des landgraves. Le mur comportait des niches sur le côté intérieur permettant à certains endroits de jeter un regard sur la plaine alluviale de la Fulda.

L’ensemble d’escaliers de conception élaborée et les grottes artificielles sont encore existants dans le parc. Ils rappellent les constructions similaires initiées par le landgrave Karl dans le parc de Wilhelmshöhe à Cassel et représentent une attraction particulière du jardin d’Haydau. Un nouveau bâtiment d’orangerie fut construit pour y conserver les plantes sensibles au gèle pendant l’hiver. Le bassin de fontaine de forme ovale datant de cette époque est encore présent sur la terrasse supérieure.

Les arbres et buissons plantés au XIXe et XXe siècle, entre autres deux chênes pédonculés pyramidaux remarquables, ont changé l’aspect de la partie sud du jardin et lui confèrent un propre caractère romantique.

Depuis, les parties essentielles du jardin ont été réaménagées. Les arbres les plus jeunes ont été conservés et l’aménagement fut réalisé en prenant en considération les aspects de préservation du patrimoine horticole. Le but était de restituer un état proche du baroque au jardin.

L’ensemble de la construction à trois ailes avec son cloître datant du Moyen Âge et l’église gothique est l’un des monastères les mieux conservés de la Hesse. Aujourd’hui, il sert de centre de conférence et de culture. Au début du XVIIe siècle, un nouveau jardin fut également aménagé dans le cadre des travaux effectués par le landgrave Moritz der Gelehrte (Moritz l’Érudit) (1572 – 1632) pour en faire un château princier de résidence d’été. Ces transformations marquent encore l’apparence actuelle de l’ensemble.

Le landgrave Karl (1654 – 1730) fit réaliser l’agrandissement et la transformation en un ensemble baroque et en fit cadeau à son épouse Maria Amalia en 1685. Le bâtiment encore existant de l’orangerie à la façade sophistiquée fut construit à l’est et à côté la ” maison de maître “, formant ainsi au sud l’élément final du long bâtiment de la ferme et dépendances de date plus ancienne.

Également au sud du jardin, un agrandissement encore visible de nos jours fut effectué par l’aménagement d’une terrasse plus basse au devant de l’orangerie. Ici, le haut mur de clôture comporte des niches et à un endroit, il forme une partie semi-circulaire avancée vers l’extérieur. À l’époque, une ouverture dans le mur permettait de jeter un regard sur la plaine alluviale de la Fulda où se trouvait les ruines d’une chapelle sur une colline, considérée comme origine de Haydau. Un ensemble d’escaliers de conception élaborée fut agencé dans l’axe de cette partie du mur, derrière un grand bassin d’eau situé au mur d’appui de la terrasse de jardin supérieure. Située entre deux escaliers galbés, la ” Grotte ” est composée de piles de rochers semblant être une formation naturelle. Sa forme ressemble beaucoup à ” l’ouvrage des grottes ” du parc du landgrave Karl à Wilhelmshöhe et constitue une attraction tout à fait particulière du jardin d’Haydau.

Il ne reste qu’une forme réduite du parterre en formes baroques aménagé juste devant l’aile sud. Le grand bassin de fontaine ovale formant l’ancien point central marque l’intersection de l’axe sud et du chemin principal à ce niveau. Les broderies et les parterres ornementaux furent remplacés temporairement par un jardin potager et depuis longtemps des surfaces engazonnées ont pris leur place. Les plantations effectuées au XIXe et XXe siècle dans l’esprit d’une transformation en nature paysagère, entre autres deux chênes pédonculés pyramidaux remarquables, confèrent un propre caractère à la partie sud du jardin. Ces feuillus et conifères seront en grande partie intégrés dans la reconstruction partielle effectuée en vue de rétablir l’état baroque d’origine.

Lors de la reconstitution d’après l’ancien modèle de la partie ouest de la terrasse principale, on décida d’aménager deux pergolas semi-circulaires autour d’une surface engazonnée. Les parties encadrantes seront plantées d’arbres fruitiers nains. Les mêmes mesures sont aussi prévues pour la partie du jardin en contrebas allant jusqu’au mur de clôture à l’ouest, un secteur actuellement encore occupé autrement. Il ne subsiste rien de la partie nord du parc du château, dans laquelle le verger avait été transformé vers 1780 en jardin paysager, appelé le ” Jardin anglais “.

De 1985 à 2001, un projet modèle de la Préservation du patrimoine de la Hesse fut réalisé par la réhabilitation générale à grande échelle de l’ensemble des bâtiments historiques. Dans le cadre de ce projet, les perspectives d’évolution des jardins furent développées sur la base d’une expertise de préservation du patrimoine horticole, établie minutieusement.

Il ne subsiste rien du jardin du monastère de l’ordre cistercien créé en 1235 et dissolu en 1527. Par contre, on peut encore imaginer la division en un jardin d’agrément et deux jardins d’arbres ainsi que la ” cour d’entrée ” à l’est, réalisée sur les directives du landgrave Moritz de 1616 à 1619.

Dans le cadre des projets de transformation, un ” jardin d’agrément “ avec un ” puits “ au centre, ” afin que l’on puisse y tirer de l’eau pour le jardin d’agrément” furent créés dans la cour intérieure. En outre, le prince ordonna que l’aire soit ensuite aménagée “d’une forme gracieuse avec des parterres variés, selon l’art horticole, et plantée de toutes sortes d’herbacées vivaces et de fleurs.”

Étant donné qu’il ne restait plus rien de cette partie au début des travaux de réhabilitation générale en 1985, la nouvelle conception fut réalisée sur le modèle d’autres cloîtres de monastères et en prenant en considération les souhaits actuels d’utilisation. L’aménagement de chemins en forme de croix, de surfaces engazonnées et d’une surface centrale octogonale avec une fontaine à son centre fut réalisé. En souvenir de l’époque où le château était encore un couvent, les parterres bordant l’extérieur furent plantés d’une multitude d’herbes médicinales, d’anciennes variétés de roses, de clématites et de vigne au pied du mur sud.

Text: Gerd Fenner

 

Adresse:
Kloster Haydau
In der Haydau 6
34326 Morschen

Email: info@kloster-haydau.de, foerderverein@kloster-haydau.de
Site: www.kloster-haydau.de

Propriétaire: Municipalité d’ Altmorschen

Horaires d’ouverture: Ouvert toute l’année.

Tarifs: Gratuit

Events: Visitez le site web: www.kloster-haydau.de

Informations touristiques:

  • Café: Café ouvert les dimanches 12.00 – 18.00, en été seulement
  • Restaurant: à proximité
  • Toilettes: oui, en été
  • Parking: oui
  • Bancs: oui
  • Durée de visite: 45 minutes
  • Accessibilité: oui, chemins principeaux
  • Chiens en laisse
Google Maps

Mit dem Laden der Karte akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von Google.
Mehr erfahren

Karte laden