X

EGHN – RÉSEAU EUROPÉEN DU PATRIMOINE DES JARDINS

Waldpark Lousberg

Un des premiers parcs publics d’Europe né sur l’initiative des habitants et non des princes – fut créé à partir de 1807 sur le mont “Lousberg”, un endroit insolite : il surplombe le “Dreiländereck”, la région où se rencontrent aujourd’hui trois pays, et il offre une large vue d’ensemble sur la ville d’Aix-la-Chapelle (“Aachen” en allemand), allant jusqu’aux régions voisines des Pays-Bas et de la Belgique. Le parc des habitants a été réalisé grâce à un comité créé pour l’amélioration de la beauté de la ville.

En 1794, les premiers arpentages des Régions Rhénanes furent effectués sous l’autorité napoléonienne. Les ingénieurs français dirigés par Jean Joseph Tranchot se servirent également du Lousberg pour pouvoir dresser leurs cartes. L’obélisque de Tranchot érigé au sommet en 1807 marque aujourd’hui encore l’un des points de repérage.

Maximilian Friedrich Weyhe, le directeur du service d’horticulture de Düsseldorf, fut le responsable de l’aménagement du Lousberg. Il projeta un parc paysager basé sur une “chorégraphie” : les axes de vue furent conçus de façon à attirer le regard sur certains détails ou bien dans le lointain.

Le Belvédère fut construit sur le versant du mont. Il a été détruit au cours de la Seconde Guerre mondiale et aujourd’hui seulement les restes des piliers rappellent son existence.

Le “Monopteros”, un temple rond, fut érigé au sommet, mais il a été également démoli pendant la guerre. Sur son emplacement se trouve un château d’eau, entre-temps transformé et équipé d’un mécanisme de rotation. Les clients du restaurant du “Drehturm” (La Tour Rotative) peuvent ainsi profiter d’une vue panoramique changeant continuellement.

Ayant mûri au cours des siècles, le Lousberg a plutôt le caractère d’un parc forestier. Les allées bordées d’hêtres, de tilleuls et d’érables sont particulièrement éblouissantes de couleurs à l’automne.

La restauration fondamentale de ce parc d’importance historique est prévue à l’occasion de l’anniversaire des 200 ans en 2007.

Un des premiers parcs publics d’Europe né sur l’initiative des habitants et non des princes – fut créé à partir de 1807 sur le mont “Lousberg”, un site extraordinaire. Surplombant le “Dreiländereck” (littéralement : le coin des trois pays), le parc offre aujourd’hui une vaste vue d’ensemble sur la ville d’Aix-la-Chapelle (“Aachen” en allemand), allant jusqu’aux premiers contreforts du massif de l’Eifel et aux régions voisines des Pays-Bas et de la Belgique.

Le Lousberg est exceptionnel du point de vue géologique : il s’agit d’un mont sableux avec versants escarpés dont la croupe est recouverte d’une couche de calcaire d’environ cinq mètres d’épaisseur, ce qui le préserva de l’érosion rapide jusqu’à aujourd’hui.

bildleiste_nrw_rhein_lousb_1

Les premiers plans prévoyant de créer un parc avec belvédère sur le Lousberg remontent à l’époque de la domination française entre 1794 et 1814. Il y avait volonté qu’Aix-la-Chapelle, ancienne ville impériale et chef-lieu du département de la Roer, soit dûment développée et aménagée. La transformation urbanistique débuta sous Napoléon Ier. Mais le premier projet de paysagisme relativement grand consista à aménager des promenades sur les murs extérieurs de la ville. On fit appel à Maximilian Friedrich Weyhe, le directeur du service d’horticulture de Düsseldorf. Dès le commencement, il intégra les secteurs extérieurs, donc aussi le Lousberg, dans sa conception.

En 1807, les travaux de transformation du Lousberg débutèrent. L’objectif était de transformer une grande partie des surfaces sableuses incultes et non boisées en un parc forestier. En premier lieu, la plantation de ligneux pionniers fut réalisée à grands efforts. On choisit des conifères, en particulier des pins et également des hêtres sur le côté nord-est plus humide. Avec le temps, on planta un grand éventail varié d’espèces de feuillus vernaculaires.

Sur le versant sud-est du mont, le Belvédère, un lieu de réunion et spectacles avec une terrasse panoramique a été bâti grâce au soutien des habitants fortunés, de la “Commission d’embellissement de la ville” et de la municipalité.

bildleiste_nrw_rhein_lousb_2

L’obélisque de Tranchot est un autre ouvrage datant de cette époque. Il a été érigé en l’honneur de Jean-Joseph Tranchot, géomètre qui effectua les premiers arpentages exacts de la région. L’obélisque est situé sur l’un des points de repérage et de mesure de Tranchot.

Après la reprise du pouvoir en Rhénanie par la Prusse, le projet d’aménagement d’un parc citadin sur le Lousberg fut poursuivi. Cette fois aussi, la conception et la réalisation furent confiées à M. F. Weyhe. Il conçut un plan du jardin avec un tracé de chemins et un agencement des points de vue offrant une véritable “chorégraphie” aux visiteurs.

Weyhe avait l’intention de susciter un suspense croissant chez les visiteurs dont l’apogée et le dénouement seraient au sommet du mont avec la vue d’ensemble. A différentes reprises, les axes de vue révélaient divers éléments architecturaux du parc. Cependant, la plupart de ces axes étaient situés dans le secteur d’un monopteros, un temple circulaire érigé en haut d’un petit mont artificiel sur le haut plateau du Lousberg. Déjà à l’époque de l’administration française, Jean-Baptiste Simar avait prévu sa construction. L’idée de Weyhe était que cet endroit serve de point de repos et point de vue aux visiteurs. Le monopteros fut construit en 1815/1816 et remplit sa fonction jusqu’à sa destruction pendant la Seconde Guerre mondiale. Un château d’eau se trouve aujourd’hui sur son emplacement.

bildleiste_nrw_rhein_lousb_3

Pendant longtemps, le Belvédère fut un lieu de sortie et de rencontre des curistes d’Aix-la-Chapelle ainsi que de la haute bourgeoisie. Tout comme le monopteros, il fut détruit au cours de la Seconde Guerre mondiale et aujourd’hui seulement quelques piliers rappellent son existence.

Le petit mont avoisinant, le “Salvatorberg” avec sa chapelle, la “Salvatorkapelle” fut incorporé dans le parc entre 1882 et 1907. Au tournant du XXe siècle, le Lousberg releva de l’Administration forestière pour une courte durée. Cette institution voulut manifestement une exploitation “en ordre” de la forêt et effectua des abattages d’arbres. Suite aux plaintes des habitants, l’Administration communale des parcs reprit enfin le secteur du Lousberg sous sa protection. A la même époque, la partie sud-ouest du pied du mont fut viabilisée et vendue à la grande bourgeoisie d’Aix-la-Chapelle en tant que terrains à bâtir prisés et recherchés.

En 1907, un autre bâtiment appelé le “Kersten’schen Pavillon” fut construit. Il s’agit d’une œuvre que le bâtisseur Johann Joseph Couven avait réalisée en 1740 près du ruisseau “Annuntiatenbach” pour Nicolaus Mantels, un maître teinturier. La municipalité d’Aix-la-Chapelle a préservé ce bâtiment de grande valeur historique de la destruction en le transférant et reconstruisant sur le Lousberg, à hauteur du Belvédère. Aujourd’hui, le pavillon est une maison d’habitation.

Une route vers le haut plateau a été construite et le mont devint ainsi accessible en voiture à la fin des années 1960, lors de la construction du château d’eau à l’intérieur duquel se trouve le “Drehrestaurant” (Le Restaurant Tournant). Cependant, il existe encore de beaux sentiers serpentant sur les versants et menant au sommet du mont.

La restauration fondamentale de ce parc d’importance historique est prévue à l’occasion de l’anniversaire des 200 ans en 2007.

Bild_1

Address:
Waldpark Lousberg
52070 Aachen, NRW
www.aachen.de

Owner:
Town of Aachen

Opening Times:
The park is open all year round

Prices:
There is no admission fee.

Cultural Programme and Exhibitions:
No

Visitor Information:

  • Restaurant/Café: In the old water tower/rotating tower
  • WC: In the café
  • Parking: At the bottom of the Lousberg in Kupferstraße and at the rotating café
  • Signs in park and on plants: No
  • Benches in park: Yes
  • Average Length of Stay: 2 hours
  • General map and further information on the park can be found on the website: www.aachen.de

Accessibility:
The main paths are not always suitable for visitors with limited mobility due to the steep slopes.

Google Maps

Mit dem Laden der Karte akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von Google.
Mehr erfahren

Karte laden